CHARTE POUR UNE MEILLEURE PRATIQUE DU METIER D’ACTRICE X

Rédaction :  Flesh (journaliste indépendant), Rachel (actrice porno)

NB : suite à plusieurs soucis qui m’ont été rapporté pour télécharger le document pdf que j’ai plusieurs fois mis à disposition, je vous propose ici le même texte en accès direct.

Attention, merci de ne pas le mettre à disposition de mineur(e)s !!

« Faire du porno est une décision respectable et responsable qui nécessite de le faire ou de le faire faire de manière respectable et responsable. » (Flesh)

Attention ! Veuillez bien noter que cette charte est un document de travail en cours .Elle n’a pas été signée et n’a donc aucune valeur officielle car elle n’a pas été finalisée suite à une défection de ces rédacteurs, en raison de désaccords profonds sur certains thèmes de fond. Ce travail reste un formidable ouvrage de collaboration de longue haleine entre un grand nombre des professionnel(le)s du secteur de la pornographie Française, effectuée en cet été 2012. Une première dans cette industrie.

2

INTRODUCTION

Un ensemble de travailleurs du sexe, ce quel qu’en soit le métier (actrices/acteurs/producteurs/etc.), exerçant dans la pornographie française et constatant le manquement régulier aux droits et devoirs régissant la profession, se sont entendus pour proposer, discuter et valider les articles suivants qui encadrent de manière précise l’activité pornographique des actrices, son engagement, les valeurs et les limites de celle-ci. Ce document a été signé par différents protagonistes du milieu du x (voir : Signataires).

 

Contributeurs

 

Rachel (actrice porno), Jasmine Arabia (Actrice porno), Jean-Pierre Charmontel (Réalisateur), Bettina Kox (Actrice porno), Camelia Lounge (Actrice porno), Morgane Merteuil (STRASS), Nadia Montana (Actrice porno), Sofia Pearl (Actrice porno), Tiffany Doll, Tonton Rimka (Réalisateur et Producteur), Cristale Rock (actrice porno), Romuald(Fan), Ange(Prestataire de service),Olivier Lesein(Réalisateur)

 

Note importante de Flesh : Rachel, qui a effectué un important travail sur ce document, n’est pas d’accord sur le fait que la charte a été spécifiquement conçue pour les actrices et pas pour les acteurs, qui d’après moi devrait avoir en fait leur propre charte contenant les spécificités les concernant. Rachel n’est pas non plus d accord sur le fait que je ne précise pas que toute prestation pornographique se doit d’être déclarée par l’employeur.

 

Comme le demande Rachel, une incorporation des acteurs sera bientôt faite dans cette charte.

 

 

Signataires

La liste a été cachée car le document n’a pas atteint le stade de signature.

 

Version

3.8b

 

Sommaire

INTRODUCTION 2

1. DEFINITIONS : 3

A) Actrice pornographique 3

B) Prestation exploitable 3

2. LES ARTICLES CONSTITUTIFS DE CETTE CHARTE 4

A) ARTICLE PREMIER : le droit au respect 4

B) ARTICLE SECOND : le droit à une intimité et à une vie privée 5

C) ARTICLE TROISIEME : du droit au travail 6

D) Article QUATRIEME: le droit à une rémunération professionnelle et responsable 7

E) Article CINQUIEME : le droit à des conditions de travail décentes 8

ANNEXES 9

Annexe 1: Du métier d’actrice et acteur porno 10

1. Actrice et acteur porno : de la responsabilité face aux productions 10

2. Savoir rester en sécurité 11

3. Savoir préserver sa santé et son énergie 12

4. De la stratégie de carrière pour l’actrice 12

5. La problématique de l’accompagnant(e) de l’actrice ou de l’acteur 13

6. Les idées reçues sur le métier d’Actrice ou d’acteur porno 14

7. Où se renseigner 17

Annexe 2 : Des réalisateurs et des producteurs. 17

1. Eléments devant être présents sur lieu d’une prestation pornographique 17

2. Etre employeur dans le porno 18

 

3

1. DEFINITIONS :

A) Est entendu par «Actrice et Acteur pornographique» la définition suivante :

Se dit d’un ou d’une personne acceptant de participer à une prestation, ou d’être filmé(e), dans le cadre d’une représentation d’un ou plusieurs rapport(s) sexuel(s). Ceci pour une ou plusieurs fois et acceptant que le produit soit diffusé, sur divers supports visuels (films/photos/Shows x en live/spectacles) et médiatiques (tv/internet/presse/etc.), dans le but d’être exploité financièrement par ses employeurs.

B) Est entendu par «Prestation exploitable» la définition suivante :

Une telle prestation est dite exploitable si, et seulement si, l’ensemble des acteurs et actrices qui y figurent :

Cèdent moyennant rémunération clairement indiquée leurs droits à l’image. Le droit à l’image est définit par l’article 9 du code civil, affirmé le 23 juillet 1990 : voir : http://www.dgdr.cnrs.fr/daj/propriete/image/image.htm.

Présentent deux papiers d’identités en cours de validités certifiant de leur majorité (carte d’identité ou passeport et carte vitale).

Déclarent exercer la prestation de leur plein gré, sans avoir subi aucune persuasion, contrainte ou violence, ni être sous l’effet d’alcool, stupéfiants ou drogues quelconques.

Exercent de manière légale dans un lieu qui a reçu l’agrément écrit du propriétaire (tournage/photos) ou en accord avec le propriétaire (shows x/théâtre érotique/etc.).

4

2. LES CONSTITUTIFS DE CETTE CHARTE.

A) ARTICLE PREMIER : le droit au respect :

« Je pense qu’il faut faire comprendre aux hommes qu’une femme se respecte et qu’ils doivent gérer leurs pulsions » (Brigitte Lahaie).

L’exercice de ce métier implique le respect du droit international et des conventions en matière de dignité humaine.

Cela implique notamment les faits suivants :

Un travailleur du sexe est un être humain comme les autres.

Etre travailleur du sexe dans le secteur pornographique n’altère en aucune façon le droit à la vie privée, au droit commun, et à la dignité.

La tolérance est de rigueur.

En cas de problème, le travailleur du sexe à accès aux mêmes droits juridique que n’importe quelle personne privée ou morale.

L’intelligence du prestataire n’est nullement modifiée du fait de son métier, ni son niveau d’études et ses capacités à les utiliser.

Faire du porno est une activité qui ne pervertit aucune autre activité quoi qu’en dise la morale.

Que cela soit en ou hors tournage toute activité sexuelle non consentie par l’actrice est une agression punissable par la loi.

5

B) ARTICLE SECOND : le droit à une intimité et à une vie privée :

L’exercice de la pornographie fait des protagonistes des personnages publics. Ce n’est pas pour autant qu’il ne dispose pas du droit à la vie privée. Cette dernière doit donc être respectée tant d’un point de vue interne qu’externe à la profession.

Cela implique notamment les faits suivants :

Faire du porno ne modifie pas pour autant le comportement privé du prestataire : une actrice n’est pas une femme facile pour autant. Elle a les mêmes exigences sexuelles et affectives concernant le choix du partenaire que n’importe quelle autre fille. Aucun homme ne doit l’oublier et voir en elle une poupée sexuelle de ce fait.

Le porno est du cinéma. Les actrices jouent un personnage tout comme le fait un comédien de cinéma ou de théâtre. La pornographie est la représentation d’un acte sexuel. En aucun cas, l’activité ne peut être considérée comme une réalité d’action.

L’actrice n’est pas responsable des éventuels désirs supplémentaires provoqués par ses exhibitions et n’a donc pas obligation d’y répondre. D’y répondre ou non est son choix à elle, et il est personnel. En tant que tel, il doit être respecté.

Ce que donne le spectateur ou le fan à une actrice est son temps, éventuellement son argent. Le fan rémunère en général les employeurs des actrices et leurs réseaux et non directement les acteurs et actrices. En échange il reçoit d’elle, personnellement ou via les réseaux de production, de diffusion et de distribution ou via sa promotion publicitaire ou presse, la possibilité de voir des images ou des vidéos d’elle mise en scène, et rien de plus.

Un acteur ou une actrice porno exerce dans ce cadre une prestation sexuelle entre le début et la fin de la scène qu’il ou elle joue. Toute autre circonstance est la libre expression de sa sexualité.

6

C) ARTICLE TROISIEME : du droit au travail :

« My body is my business »

Le fait d’avoir une profession consistant à exposer des pratiques sexuelles à des adultes avertis est un travail à part entière et constitue un secteur parmi les autres dans l’ensemble du monde du travail.

Cela implique notamment les faits suivants :

Une actrice/acteur peut ouvrir une structure pour facturer ses prestations.

Il est demandé aux employeurs de respecter la LOI. Ils ne doivent notamment jamais tourner en présence de personnes mineures, y compris si leur présence est accidentelle (ex : une prestation en extérieur).

Au risque de se voir discrédité aux yeux de la profession, en tout cas des signataires, un employeur est encouragé à prendre en compte tous les devoirs et les recommandations qu’il a envers les acteurs et actrices qu’il emploie. Ils sont notamment rappelés dans les annexes de ce document. Si l’employeur les suit, il pourra faire la différence aux yeux des actrices et acteurs travaillant pour lui.

L’activité d’acteur ou d’actrice porno est un travail riche en valeurs professionnelles et individuelles. Cette richesse fait de cette profession une activité difficile dont l’exercice est loin d’être automatique, notamment lorsqu’il y a un désir clairement exercé de devenir professionnel(le). Cette richesse donne également de la valeur intrinsèque au fait d’exercer cette profession.

7

D) Article QUATRIEME: le droit à une rémunération professionnelle et responsable :

Nous, signataires, déclarons réfléchir à une rémunération minimum obligatoire qui soit décente, tant pour les actrices que pour les acteurs.

Les acteurs et actrices porno évoluent dans un milieu compétitif où chaque choix a ses conséquences. En terme de rémunération, il semble normal compte tenu du code du travail que toute prestation soit correctement rétribuée.

Cela implique notamment les faits suivants :

Le copinage en matière de rémunération (accepter de moins faire payer un ami réalisateur) est une pratique risquée : elle modifie les prétentions salariales de l’actrice/acteur. Il/elle aura par la suite plus de difficultés à demander plus cher à un autre réalisateur s’il est au courant qu’elle a déjà fait la même chose pour un salaire inférieur.

Il est important de ne pas viser trop bas, afin de ne pas tirer l’ensemble des salaires vers le bas (Les employeurs chercheront logiquement à payer le moins cher possible pour une même qualité de prestation).

Une actrice/acteur est en droit de demander à un réalisateur le salaire considéré comme minimum dans la profession pour une scène donnée. Celui-ci ne devrait pas faire un forcing sur la personne pour payer moins, quel qu’en soit la raison, sans se discréditer auprès de la communauté.

Les tarifs recommandés sont 200/250 euros pour du lesbien et un minimum de 250/300 euros pour une scène hétéro. Sachant que plus un acte est extrême, plus il devrait être rémunéré (c’est le cas pour le prix de l’anal ou d’une double pénétration qui se devraient être davantage rémunérée qu’une simple hétéro). Cependant, les actrices sont libres d’imposer, de négocier ou d’accepter des tarifs différents à ceux-ci.

Les acteurs doivent également être payés pour une prestation.

Si une production offre une rémunération trop faible, elle va se couper de toutes les actrices/acteurs qui doivent venir de loin et donc sacrifier beaucoup de temps. Même défrayées, l’argent gagné peut être insuffisant par rapport au prix du trajet.

Il est conseillé que le transport soit pris en charge par la production. Si ce n’est pas le cas, les actrices/acteurs devraient s’assurer qu’il ne leur coûte pas plus cher que ce qu’ils/elles vont être rémunérés.

8

E) Article CINQUIEME : le droit à des conditions de travail satisfaisantes :

Quel que soit le type de prestations pornographiques effectuées, il est d’un enjeu majeur que des règles d’hygiène et de sécurité soient respectées, et que de bonnes conditions de travail soient réunies.

Cela implique notamment les faits suivants :

La personne doit tourner dans un espace acceptable d’un point de vue hygiénique et sanitaire. Dans le cas d’une prestation extérieure, elle doit être prévenue avant des conditions d’exercice.

La personne est en droit d’attendre sur le lieu de la prestation que soient bien présents les éléments obligatoires stipulés dans les annexes de ce document. Elle jugera aussi la qualité d’une prestation à la présence ou non des éléments recommandés, présents également dans les annexes.

La personne est en droit de demander si une ou plusieurs personnes extérieures à la production seront présentes au moment de la prestation et de refuser si cela ne lui convient pas.

La personne est en droit d’attendre que soit scrupuleusement respectés les accords de post-production et de distribution éventuellement conclus (promotion particulière, positionnement sur la jaquette, etc…).

La personne a le droit de refuser un tournage quelle que soit la raison. Dans l’idéal, si les raisons sont claires et compréhensibles, raisonnables, elle ne devrait pas être jugée de ce fait par ses employeurs, ses collègues et le reste de la profession.

9

ANNEXES

Ces annexes viennent compléter la charte. Les documents suivants peuvent être utilisés séparément les uns des autres et être publiés sur des petits formats, flyers ou autres. Ils constituent des sortes de fiches pratiques et de conseils envers les travailleurs du sexe exerçants dans la pornographie.

10

Annexes 1:

 

Du métier d’actrice et acteur porno.

 

1. Actrice et acteur porno : de la responsabilité face aux productions.

 

Vous exercez une activité professionnelle compétitive que ce soit lorsque vous postulez pour un tournage ou pour des prestations annexes telles que les représentations, les shows, les activités d’hôtesses. Plusieurs critères, dicteront le choix des employeurs. Parmi ceux-ci, seront pris en compte le savoir-vivre (ponctualité, rigueur, politesse, etc.), le professionnalisme (bonne culture générale, stratégie ou la facilité à garder une ligne directrice et à choisir sa trajectoire professionnelle), les capacités (séduction, mise en valeur du corps, art de l’effeuillage, maîtrise de la comédie et des pratiques : ex : fellation, cunnilingus, éjaculation,…), les atouts (physiques, goût de la performance et du dépassement de soi, …), et le caractère (confiance en soi et en l’autre, empathie, psychologie, cohérence, ouverture d’esprit, joie de vivre, sympathie, capacité à sourire, intégration sociale et au sein du show bizness, etc.).

Pour faire la différence, il vous est conseillé de :

 

Respecter les termes de l’accord établi oralement ou contractuellement sauf cas d’urgence :

 

Si un contrat a été signé avant la date de prestation, alors l’employeur pourra vous tenir responsable en cas d’annulation, si une clause écrite à ce sujet est présente dans le contrat.

Cela comprend aussi : la ponctualité, la disponibilité, le fait de ne pas rater son moyen de transport. A noter : les plantages de dernière minute, annoncés ou non, sont très mal vus.

Si vous vous faites livrer un billet de transport par votre employeur et que vous décidiez de ne plus faire la prestation, vous devrez rembourser le prix du billet. Dans le cas contraire, si vous payez un billet pour rien car la prestation a été annulée, demandez le remboursement du titre de transport ou de l’essence avec justificatif.

Se renseigner avant sur les attentes de l’employeur en matière d’actes sexuels à réaliser pendant la prestation :

Cela évitera de faire perdre du temps à tout le monde au cas où vous ne seriez pas d’accord pour effectuer certains actes le jour de la prestation. Cela pourrait entrainer l’annulation de la prestation.

Si, le jour de la prestation, l’employeur vous demande de réaliser des actes sexuels non prévus dans l’entente préalable, libre à vous de les réaliser, de renégocier votre rémunération ou de la refuser. En aucun cas, vous n’êtes obligé d’accepter puisque, en tant que personne ne désirant alors pas de rapport sexuel, en subir un contre votre volonté deviendrait alors une agression.

Pour rappel, la loi vous autorise pour les mêmes raisons à changer d’avis ou à arrêter une scène à tout moment. Si un réalisateur vous dit le contraire, il est dans l’illégalité et pire, la pression ou la menace. Si la prestation a déjà commencé, et qu’elle est arrêtée ou annulée du fait de refuser l’acte sexuel demandé, alors l’employeur doit vous défrayer le déplacement, le temps passé et vous assurer que la prestation ne sera pas diffusée. Si la prestation est tout de même diffusée en état, alors demandez votre cachet ou une partie, tel qu’il avait été négocié au départ sans l’acte refusé.

 

Respecter les autres :

 

Typiquement, il est attendu de vous, outre la performance, le respect des coupures techniques, de la bonne humeur et de la bonne volonté durant tout le tournage, et du sérieux, des sourires, et de l’attention.

Arrivez de préférence à l’heure avec des vêtements amples pour ne pas avoir de traces sur le corps (marques de lingeries/collants) et plusieurs types de tenues dans le genre de celles que l’employeur demande.

N’emportez pas sur un lieu de tournage de la drogue ou de l’alcool

Aucune faveur sexuelle en dehors de la scène, que ce soit aux acteurs ou autres ne peut vous être demandé…. Si vous le faites, c’est dans le plein exercice de votre vie sexuelle, mais attention, ce ne sera pas forcément

11

bien pris par le réalisateur ou les autres prestataires et peut vous bâtir une réputation tenace. Montrez que vos prestations sexuelles sont réservées à votre travail. Réservez vos éventuels extras en dehors de la caméra et tant qu’à faire non pas dans une hypothétique espérance que cela vous ouvre des portes.

Vous allez avoir des contacts très intimes avec vos partenaires et également offrir votre image à la vidéo qui va être exploitée. Vous avez donc, pour vos partenaires et vos employeurs, grandement intérêt à soigner votre image : cela passe par les soins physiques (sport, fitness, bonne hygiène de vie et d’alimentation), corporels (hygiène impeccable – parties intimes propres, corps, ongles, peau – maquillage et coiffure), et bien sûr rester en bonne santé et le faire vérifier.

 

2. Savoir rester en sécurité.

 

Votre métier peut vous mettre en danger, pour votre sécurité :

Si vous acceptez une prestation, ou un rendez-vous pour discuter d’une prestation, vérifiez en premier lieu la réputation de la personne concernée.

Assurez-vous – via, une communication téléphonique ou vidéo, ou bien des questions pièges – de ne pas avoir affaire à un usurpateur. Renseignez-vous systématiquement auprès de plusieurs sources– y compris sur les forums et réseaux sociaux – pour vérifier chaque information.

Si possible prenez rendez-vous dans les locaux de la production ou dans un endroit peuplé et connu de vous.

Si vous vous rendez chez un inconnu pour une prestation, faites-lui savoir que vos proches savent ou vous êtes, ou bien que vous leurs avez communiqué ses coordonnées (mail/tel/adresse/etc.).

Ne faites pas systématiquement confiance aux propositions reçues et aux promesses entendues. Sur les réseaux sociaux, au moins 9 propositions sur 10 ne sont pas sérieuses et éventuellement dangereuses. Méfiez-vous des beaux parleurs, mais aussi de tous ceux qui manifestent clairement un intérêt personnel à prétendre telle ou telle chose.

Prévoyez une tenue pas du tout sexy à porter lorsque vous sortez du lieu de la prestation, qui peut avoir parfois lieu dans des endroits mal famés, ou peu ouverts, surtout si il est tard (de nombreux tournages finissent fréquemment plusieurs heures après l’heure prévue).

Lisez bien les contrats et les petits caractères. Ne rien signer sans avoir lu.

Faites attention à ne pas avaler n’importe quoi, car si vous tombez sur un prédateur, il peut tenter de vous droguer.

A propos de drogue, il y en a, hélas, parfois dans le milieu. Eviter d’y succomber. Certaines actrices ont fait l’expérience d’une descente en enfer aussi sensationnelle que glauque à cause de cela.

Malgré les changements de 2010 sur leurs statuts, les agents artistiques sont interdits dans le x en France. C’est considéré comme du proxénétisme. Donc si quelqu’un se présente en tant que tel en France, ne pas le suivre ! Se renseigner notamment auprès de l’apce (http://www.apce.com/cid96178/agent-artistique.html)

12

 

3. Savoir préserver sa santé et son énergie.

 

Afin de vous préserver, il vous est conseillé de :

 

Connaitre vos limites, et celle du corps en général.

 

Ecouter votre corps, ce qu’il dit à travers ses messages de douleurs.

Avant une pénétration, surtout si elle est délicate ou appréhendée, penser à bien vous lubrifier.

Penser à faire un test HIV complet régulier toutes les deux ou trois semaines ! Un full test régulier est obligatoire car se contenter de détecter le hiv et l’hépatite n’est pas suffisant. C’est comme faire de la moto avec un casque de skateboard : un préservatif peut craquer et la fellation est à elle seule un risque considérable. Sans full test, une actrice ayant, par exemple, attrapée des chlamydiae risque de ne pas s’en rendre compte tout de suite et de contaminer ses autres partenaires sexuels (dans la vie professionnelle comme privée).

Vous pouvez vous renseigner pour obtenir des adresses de tests gratuits ou peu chers. Est en jeu votre santé mais aussi celle de vos partenaires, et à travers eux, celle de l’ensemble des acteurs et actrices de la profession.

Contrôler systématiquement les tests HIV de vos partenaires.

Exiger si possible des tournages avec préservatif. Ceux-ci peuvent être fournis par les employeurs. Comme ils peuvent être trop petits, ou trop épais, il est conseillé aux acteurs de prendre ceux qu’ils ont l’habitude d’employer. Attention, le préservatif doit être changé par l’acteur lorsqu’il passe d’une pénétration vaginale à une pénétration anale, et réciproquement, en raison d’une flore microbienne différente au sein de ces deux organes. De même, le préservatif doit évidemment être changé à chaque changement de partenaire.

En ce qui concerne le lubrifiant : ils sont fréquemment apportés par les employeurs. Parfois irritants, ou séchant trop vite, il vous est conseillé – entre autres – d’apporter votre propre gel. De préférence, s’en procurer un qui a été testé dermatologiquement et avec eau.

En cas d’utilisation d’huiles de massages : ce n’est pas parce que vous n’y êtes pas allergique que votre partenaire ne le sera pas.

Eviter de vous pénétrer avec des objets de formes bizarres irritantes, en bois non poli, ou en verre : certaines actrices ont eu des déchirures de ce fait, c’est un jeu pouvant se transformer en cauchemar.

Se renseigner auprès de la communauté sur le tempérament et surtout le professionnalisme de vos partenaires. Se rappeler qu’une pénétration avec un sexe insuffisamment en érection fera plus mal qu’un sexe parfaitement en érection…

 

Prendre des forces avant et après un tournage.

 

S’il y a des scènes anales, évitez de manger quelques heures avant. Afin de limiter les pertes accidentelles, pouvant entrainer, outre le désagrément évident, un arrêt de tournage, penser à faire des lavements annaux. Ceux-ci ne sont pas obligatoires et seules les actrices sauront à terme gérer leur cycle de digestion.

Boire beaucoup (sans alcool) même durant le tournage. Ne pas hésiter à profiter des pauses pour demander de l’eau. En général, les prestations professionnelles sont remplies de personnes tout à fait prêtes à vous servir ce verre salutaire, y compris parmi les techniciens.

 

4. De la stratégie de carrière pour l’actrice.

 

Il existe plusieurs stratégies possibles telles que « la voie du glamour », « la voie de la performance », « la voie de l’exposition maximale », décrites ici et souvent empruntées. D’autres bien sûr, existent, libre à vous de vous la construire.

Si la voie du glamour est optée : prendre en compte d’être considérée comme une star, ou une star en devenir. Les moyens de le suggérer passent par l’habillement, la distanciation, mais également l’attitude (ni trop chaude ni trop froide), par la discrétion et le secret, voire par la décence (de manière à pousser les fans à l’achat pour en voir plus). Créer un mythe ! Sur les choix de tournage, cette voie vous empêche de faire des

13

aller et retours : il vous sera, en règle générale, difficile de refaire de l’amateur après avoir trop tourné dans du pro glamour. Cette voie fonctionne bien moins que dans le passé même si il y a bien sûr de belles réussites et des débuts de carrière prometteurs. Si vous n’avez pas fait trop de pro glamour et que vous ne souhaitez pas tourner à l’étranger plus que ça dans ce type de production, vous pourrez alors vous rediriger vers des productions semis pro à consonance amateur.

Si la voie de la performance est choisie : vous devrez éviter tous les tournages ayant un cahier des charges trop classique. La recherche sera celle de la niche visée (triple pénétration, bukkake, gang bang, gorge profonde étouffante, crachats, sm, etc.), et l’objectif sera de battre tous les records ! Ne pas dépasser non plus vos limites et ne pas oublier alors que votre image extrême vous suivra toute votre carrière. Certaines s’en mordent les doigts !

Si vous allez vers l’exposition maximale : vous pourrez accepter tout type de tournage, faire du pro et de l’amateur, mais vous vous heurterez à l’incompréhension ou la critique de certains professionnels, avec le risque de cesser d’être employée au final. Certaines actrices ont cependant réussies à se faire un nom ainsi.

De plus :

Il est faisable mais difficile de changer de voie, d’autant plus si vous commencez à être connue dans une.

Dans tous les cas, si vous désirez faire carrière, vous devrez penser à respecter l’obligation de vous déclarer légalement (par exemple, en tant qu’entrepreneur indépendant…). Cela vous permettra de déclarer vos rémunérations, de facturer vos prestations, et certes même si vous payez des charges, vous permettra de cotiser. Vous pouvez aussi cumulez vos fiches de paie et vous inscrire en tant qu’intermittent du spectacle.

Avertissez vos proches et votre famille si possible. Il vaut mieux qu’ils apprennent votre métier par vous que par autrui ou par la presse. Penser que ils ne s’en rendront pas compte est dérisoire au vu de la diffusion du porno à l’heure actuelle.

Pensez à votre promotion, et à ces impacts : soignez là, restez professionnelle. Les journalistes de la presse papier, internet, Tv ou de radio spécialisée, sont typiquement en recherche de sujets. Vous pouvez les solliciter pour mettre vos fans au courant de votre actualité, et éventuellement booster vos carrières. Les réseaux sociaux (Facebook, Google+, Twitter, intimebox, blogs) sont une manne promotionnelle et publicitaire pour les prestataires du porno, et un bon moyen de regrouper vos fans, ayant le mérite de vous permettre d’en autogérer avec eux le flux de communication. Attention cependant aux censures dans les réseaux sociaux.

 

5. La problématique de l’accompagnant(e) de l’actrice ou de l’acteur.

 

Une actrice pornographique peut bien entendu avoir un partenaire dans la vie privé (garçon/fille/trans/etc.). Que cela soit depuis des années ou le fait d’il y a quelques jours, cette personne peut être plus ou moins bien acceptée par les employeurs. De ce fait, on pourra trouver normal que l’actrice cherche à se faire accompagner de son ami(e) lorsqu’elle se rend à une prestation, ne fut-ce que pour des raisons de sécurité. La raison est valable mais attention, certains réalisateurs – et des très connus – refusent ce cas de figure pour les raisons suivantes : (ceci est également valable pour tout autre personne avec laquelle une actrice ou acteur voudrait se rendre à une prestation) :

Doute sur l’absence de motivation financière. Pour rappel, la loi impose que l’accompagnant de l’actrice ne puisse pas toucher à l’argent qu’elle a gagné en exerçant son activité pornographique, sous peine de tomber sous le coup de la loi sur le proxénétisme.

14

Refus d’ingérence de l’accompagnant dans les choix de l’actrice, ou même des autres actrices, par des remarques ou des conseils intempestifs par exemple.

Crainte de voir la prestation pâtir de cette personne additionnelle (si le lieu de tournage est petit, si beaucoup d’angles de caméras sont nécessaires, si l’accompagnant arrive en retard, s’il déconcentre ou gêne certaines personnes, par un comportement d’ennui, ou de voyeurisme ou de séduction par exemples, s’il propose de remplacer un acteur jugé peu performant, s’il a un sentiment de désapprobation ou de jalousie, s’il est agressif, si l’actrice est mal à l’aise du fait de la présence de son accompagnant, ou le cherche systématiquement et naturellement du regard …etc.).

Refus de prévoir une logistique supplémentaire pour les accompagnants des actrices (chambre, transport, repas, autres).

Multiples autres raisons valables.

Pour ses raisons, il est fréquent que l’accompagnant de l’actrice soit limité (éloignement physique du lieu de tournage) ou soit interdit de présence. Cela ne veut pas forcément dire que l’actrice risque quelque chose à se déplacer toute seule. D’où, l’importance pour l’actrice de se renseigner sur la réputation et la légitimé de la production chez qui elle veut tourner.

On rencontre beaucoup d’accompagnant se comportant très bien, mais un réalisateur qui tourne beaucoup a de son côté souvent rencontré bien des cas dont il se serait volontiers passé s’il l’avait su.

 

6. Les idées reçues sur le métier d’Actrice ou d’acteur porno.

 

Beaucoup de fantasmes et de chimères accompagnent en général la notion d’acteur ou actrice pornographique. Il y a des difficultés importantes à surmonter pour pouvoir s’épanouir dans ce métier et en découvrir sa richesse intrinsèque.

 

Vivre avec une image pas toujours facile à porter :

 

Surtout à notre époque, avec internet et la surmédiatisation, toute prestation porno qu’une actrice va tourner aura de grande chances, celles-ci augmentant avec sa célébrité, d’être vue par ses proches. Même aujourd’hui en 2012, faire du porno c’est porter une étiquette. Tel un tatouage indélébile, les actrices risquent de garder cette étiquette toute leur vie. Et cela aura des conséquences sur elles mais également sur leur entourage. Il y a parfois un risque de perdre des proches, voire de se faire radier par certaine personne de sa propre famille…

Devenir la nouvelle Clara Morgane :

La popularité de Clara Morgane a certes bénéficié de sa carrière dans le porno, à un moment très différent d’aujourd’hui où le phénomène « paillette » dominait encore, mais également et surtout d’un concours de circonstances rarissime : elle tournait avec un compagnon influent, et fréquentait des personnalités influentes, a arrêté assez vite sa carrière d’actrice porno pour entrer dans le show bizness plus classique, une gageure rarissime, a acheté des parts du magazine Maximal afin de faire sa propre publicité, s’est lancée dans l’élaboration annuelle de calendriers de charme ayant beaucoup marché, a pu embrasser une carrière d’animatrice TV, et s’est lancé dans la chanson. Bien des actrices d’aujourd’hui souffrent de la comparaison. De grandes stars du porno – plus grandes sur bien des points que ne l’a été Clara Morgane – comme Zara White en termes de filmographie, par exemple, ont eu une vie après le x bien moins florissante que Clara. Et d’autres sont aujourd’hui de parfaites inconnues pour la masse, bien que le fait qu’elles aient fait du porno leur porte tort lorsqu’elles recherchent un emploi par exemple. A part des cas rares, faire du porno n’apportera pas la fortune aux actrices, ni la renommée, ni la vie de star dont elles rêvent souvent. Et leur donneront de nombreuses difficultés à assumer les choix du passé. Il ne faut pas croire ceux qui leur assurent le contraire. Ou se demander en quoi, il y a pour eux, de l’intérêt à ce qu’elles fassent ce qu’ils leur demandent.

15

Gagner sa vie :

 

Attention ! Seules les vraies « contract girls », aujourd’hui rarissimes en France, peuvent éventuellement se vanter d’avoir un véritable salaire s’accompagnant souvent d’une exclusivité les empêchant de tourner ailleurs. En règle général, les actrices ne touchent rien sur la vente des scènes ou dvd (ni ne reçoivent ceux-ci), tout comme elles ne reçoivent rien des magazines où elles apparaissent ou des photos qui ont été prises pendant la prestation ou pour une interview. L’exception est une rétribution « adami » pour les films traditionnels, les films pornographiques passés à Canal+ ou érotiques de type M6, ou sur des chaines non VOD, non câblées. Cette rétribution se calcule en fonction du nombre de minutes où elles sont visibles à l’écran. Elles sont rémunérées par cachet au moment du tournage. La plupart des actrices multiplient les cachets. De plus, les sociétés de production les plus demandées tournent de moins en moins, et sont donc souvent très sélectives, car elles doivent faire face à un contexte réel de crise. Dans ces circonstances, il est nécessaire pour les actrices de beaucoup se renseigner pour choisir leurs tournages et vivre de leur métier. De ce fait, beaucoup d’actrice porno ne le sont qu’à mi-temps ayant une autre activité en parallèle (salons érotiques, shootings photos rémunérés, shows en boîte de nuit, show web cam sur internet, création de site internet à contenu payant, études, travail alimentaire ou principal, voire chômage). Tous les cas de figures existent. Beaucoup d’actrices considérées comme « peu bancables » sont réduites, si elles veulent continuer à tourner, à accepter des tournages bas de gamme ou non légitimes, orchestrés par des personnes qui ne sont pas en règle, ce qui a un impact négatif sur la réputation de l’actrice, suspectée à tort ou à raison d’avoir tourné dans de mauvaises conditions d’hygiènes, avec de mauvaises personnes.

Sachez également, qu’il est très difficile de chercher un emploi plus conventionnel après avoir arrêté le x.

 

Prendre son pied :

 

Beaucoup de spectateur se demandent si les actrices jouissent ou simulent. Beaucoup se demandent si tourner une scène c’est la même chose que faire l’amour dans la vie privée. La réalité est qu’on mériterait dans ce domaine de faire du cas par cas. Chaque actrice est différente, comme chaque fille est différente à ce sujet. Vous ne prendrez pas forcément votre pied en tournant. Cela sera très variable. Les professionnelles s’entendent toutes pour dire que lorsqu’elles tournent, elles travaillent, et font de leur mieux – par respect pour leur partenaire, leurs employeurs, et bien sûr leurs fans et spectateurs – pour rentrer dans le rôle de leur personnage, et cela passe souvent par la simulation. Mais pas toujours. Pour elles – comme pour les acteurs – avoir un rapport sexuel devant la caméra se rapproche d’une performance sportive qui doit être faite avec professionnalisme en ne perdant pas de vue les impératifs de tournage : il faut fournir le meilleur angle de vue à la caméra, prendre sur soi et continuer avec le sourire malgré la fatigue, respecter les consignes du cadreur et du réalisateur, gérer les coupures techniques, être attentif/attentive à ce qui est fait, et le faire de son mieux. Il en va de votre réputation, et de votre bancabilité. De plus, certaines appréhendent les lavements anaux à réaliser avant les scènes de sodomie. D’autres redoutent les gros plans, de peur de montrer un corps pas assez avenant. Il y a aussi le fait de ne pas pouvoir choisir ses partenaires de scènes, faisant immanquablement tourner avec des personnes non choisies. Il faut aussi évoquer les jours sans, où vous n’avez pas envie de sexe, et où vous devez faire une prestation. Et si vous tournez un jour de règle, il faudra avoir une éponge sous la main, susceptible de rester coincée, vous amenant parfois à l’hôpital pour une extraction (non douloureuse mais coûteuse en temps et en énergie). A ce propos, en cas de menstruations : préférer les éponges naturelles, en couper un morceau, l’insérer et le retirer après l’acte sexuel. Enfin, il y a les moments de stress, lorsque le préservatif du partenaire craque. Toutes ses réjouissantes font que prendre son pied n’est pas automatique lors d’une prestation.

 

Faire une belle carrière est possible :

 

En pratique, on constate que tôt ou tard, les actrices qui fonctionnent le mieux en France, postulent pour aller tourner à l’étranger. Là-bas l’herbe n’est pas forcément plus verte, mais les tournages ont la réputation d’être mieux payés, plus professionnels, et plus nombreux, avec souvent la possibilité de dépendre d’une agence qui s’occupe de trouver des propositions, déchargeant l’actrice de cette épineuse problématique. Tourner à l’étranger est aussi simple (il y a de la demande) que casse-gueule. Là encore, il est nécessaire de bien se renseigner. Certaines productions étrangères sont des bouchers, et sont absolument à éviter. Aller à l’étranger n’est pas forcément l’assurance d’être sélectionnée. Les Etats-Unis ont par exemple des critères exigeants et beaucoup de postulantes pour les remplir. Il faudra faire la différence. Deux exemples de productions étrangères figurent dans la partie « Où se renseigner ».

 

Tout le monde craquera, vous soutiendra et vous aimera :

 

Vrai …et faux. Sachez-le, plus vous aurez de fans, et plus parmi eux figureront des individus détestables, capables de mensonges et vilénies pour se faire remarquer. Sans être trop catastrophiste, vous pouvez hélas être harcelées, menacées, diffamées, draguées, sollicitées à outrance… Notamment, si vous êtes active sur vos réseaux sociaux ! Si

16

c’est un bon moyen pour vous de montrer votre présence et vos activités dans le milieu, c’est pour ces prédateurs là un bon moyen de se rapprocher de vous. Ils n’hésiteront pas à se faire passer pour des acteurs, des réalisateurs ou des producteurs, en empruntant parfois une identité existante, en proposant des castings gratuits ou payants à foison, en faisant passer l’offre pour l’aubaine de la décennie, censé offrir à une actrice l’opportunité de se dresser en haut de la hiérarchie de toutes les actrices réunies ! Pour vous, le meilleur des conseils : se renseigner ! Ne pas accepter de tournages ou de castings filmés avec prestation sexuelles non payées. Il peut aussi être intelligent de créer un profil dédié à vos activités professionnelles et un autre pour votre vie privée. Quoi qu’il en soit, attendez-vous à gérer sans arrêt des personnes vous sollicitant à outrance, parfois vous suppliant, vous critiquant ou vous insultant avec hargne et haine. Il n’est pas une sinécure de choisir d’être actrice porno. D’autant plus que souvent, ces mêmes personnes là se ligueront contre vous en disant que avoir choisi de faire du x, c’est accepter de provoquer tout cela. Rien n’est plus faux ! Comme le dit la charte, votre seul don est votre image, donnée à vos employeurs et non pas à vos fans. Ils n’ont aucune prétention légitime vis-à-vis de vous.

 

Faire du porno ne coûte rien, il suffit d’écarter les jambes sur un canapé :

 

FAUX ! Ce métier nécessite un gros investissement pour les actrices. En temps d’abord, pour mener à bien vos prestations et tout le reste de vos activités de promotion, sans parler du temps perdu à gérer les nuisibles sur internet. C’est aussi un investissement financier, à travers le coût des tests HIV, des fulls tests, frais médicaux divers qui sont onéreux (se renseigner pour les obtenir gratuitement, par exemple dans les Centres de Dépistages Gratuits : CDG : les tests sont gratuits mais pas anonymes). Il en est de même pour le coût des soins (beauté, coiffure, peau, Manucure/pédicure, make up, UV, voire pour certaines, chirurgie), le coût des accessoires (lingeries coquines, tenues, chaussures, divers). Prévoyez un budget déplacement car le défraiement, qui devrait être une règle, n’est en pratique pas toujours respecté. Enfin, considérez aussi un budget technique non négligeable, à travers les ordinateurs et Smartphones, disques durs, appareils photos, achats et abonnements logiciels pour la création et l’exploitation de site web, etc.

 

7. Où se renseigner :

 

Vous pouvez vous renseigner auprès :

Des réalisateurs et production à bonne réputation

Auprès des actrices et acteurs pro.

Sur internet auprès des réseaux sociaux mais aussi des forums www.xstarsworld.com, www.x-intime.com, www.porn-stars.fr, www.hot-video.fr et quelques autres, ainsi qu’auprès des sites des productions et des sites et blogs d’actrices.

En cas de problème : un syndicat : Le STRASS, syndicat des travailleurs sexuels (www.strass-syndicat.org), est à votre disposition. Vous pouvez notamment les contacter à l’adresse : contact@strass-syndicat.org.

Les risques sociaux inhérents à la pratique du porno, poursuivant l’actrice toute sa vie (voir à ce sujet l’excellent documentaire Rhabillage, d’Ovidie sur le thème : http://envoye-special.france2.fr/les-reportages-en-video/carte-blanche-a-ovidie-le-rhabillage-24-nov…)

L’Inforegistre pour obtenir des informations sur le registre du commerce sur l’entreprise qui vous emploie, via le numéro SIRET, à demander à l’employeur et entrer ici : http://www.inforegistre.fr/recherche-entreprise-rcs-num%E9ro-siret.html. Pour être crédible, il ne doit pas être « en cours de création » mais déjà enregistré.

Exemple d’agences étrangères, conseillées par des actrices françaises, si vous souhaitez tourner en Hongrie : http:/brillbabes.com tenue pas Eszter ;http:/sandysmodels.com tenue par Cameron Cruise

Renseignements sur l’Adami : http://www.adami.fr

17

Annexe 2 :

Des réalisateurs et des producteurs.

 

1. Eléments devant être présents sur lieu d’une prestation pornographique :

 

Une actrice est en droit d’attendre sur le lieu du tournage les éléments et circonstances obligatoires et recommandés suivants :

ELEMENTS OBLIGATOIRES :

Santé : pour les scènes protégées, préservatifs en nombre suffisant, Tests HIV et fulls tests à jour de chaque participant.

Justice et Administration : Contrat clair et juridiquement convenable, portrait d’elle avec deux pièces d’identité en cours de validité, voire enregistrement vidéo de sa déclaration de majorité et d’acceptation quant au tournage d’une scène dont le caractère pornographique est connu et désiré. (En effet, ce type d’enregistrements ne se fait qu’aux USA ou à Budapest et très rarement en France ! D’autre part, en France, le préservatif n’est obligatoire que pour certaines diffusions. En cas de prestation non protégée, les acteurs/actrices peuvent stipuler sur le contrat, à l’écrit, qu’ils acceptent de faire la prestation sans préservatif : ce peut être le cas d’un couple. D’une manière ou d’une autre, faire un acte sexuel sans préservatif dans notre milieu, c’est montrer au public, des professionnels qui font un acte à risque !)

ELEMENTS FRECOMMANDES :

Hygiène basique : Gel, lubrifiant, lingettes, serviette. Douche et sanitaires. Exiger des scènes protégées.

Sympathie : de l’empathie entre participants, techniciens et comédiens. Une collation, ainsi que le gîte et le couvert au cas où le contrat de travail dure plus d’une journée.

Contexte : le contexte doit être identique à celui qui a été défini lors de l’accord avec l’employeur (nombre, type et identité des partenaires, type de scènes à performer, budget approximatif de celle-ci, gonzo ou scénarisé).

18

 

2. Etre employeur dans le porno :

 

Produire du porno est un métier. Au vu du nombre de productions fleurissantes sur le marché, il semble nécessaire d’effectuer quelques rappels :

Pour être en règle, un producteur doit :

Respecter le code du travail. Tout employeur doit être un entrepreneur – ou un auto-entrepreneur – déclaré sur le registre du commerce, et donc avoir un numéro SIRET dont la validité est consultable sur internet.

Faire une photo de l’actrice/acteur devant la carte d’identité et/ou la carte vitale de chaque acteur et actrice. L’employeur peut aussi par sécurité filmer une vidéo dans laquelle l’actrice/acteur exprime son désir de tourner des actes pornographiques de son plein gré et sans être sous l’effet d’alcool ou de stupéfiants.

Pour respecter la déontologie exigée par son métier, un producteur doit :

Contrôler scrupuleusement les tests HIV. Refuser de faire tourner un acteur ou une actrice qui n’est pas en règle.

Respecter tous ses engagements. Ceux-ci pouvant être entre autres : nombre et type de partenaire, identité précise du ou des partenaires, modalités précises de logement, de défraiement de frais de voyage, de rémunération et de performances négociées sauf contre décision de l’acteur/actrice durant le tournage (renégociation).

D’autre part, un producteur sérieux et avec une attitude professionnelle :

Ne demandera pas à une actrice de faire un acte sexuel avec un acteur entre deux prises de vues. Cela peut éventuellement être suggéré, mais l’actrice a le droit de refuser, et cela n’a pas à lui être reproché, directement ou caractériellement.

N’estimera jamais qu’une actrice lui appartient. Et ce qu’il soit le premier à l’avoir faire tourner importe peu, qu’il l’ait découverte ou non, même sentence. Elles ne doivent rien à leurs employeurs ! Si l’actrice est en contrat d’exclusivité avec, ce n’est pas pour autant qu’il a le droit d’interférer dans les éléments de sa vie privé. De ce fait, il ne décidera pas à la place de l’actrice.

Prévoira le matériel classique utilisé abondamment lors des tournages : serviettes, lingettes, préservatifs, lubrifiant. Voir poire à lavement.

Mettra des douches et des sanitaires à disposition (hors prestations exclusivement extérieures), de préférence permettant aux filles de s’isoler des regards (droit à l’intimité).

S’assurera de la propreté des lieux utilisés voir des normes ERP en cas de prestation dans un lieu recevant du public.

Pensera à une collation (repas, ou sandwich, viennoiserie, boissons sucrées, café, …) aux heures de déjeuner/dîner.

19

Prévoira de l’eau en toute circonstance.

Apportera l’équipement nécessaire à la réalisation du projet.

Sera précis et sincère quant à l’effort promotionnel éventuel, et quant aux impacts prévisibles du tournage. Ne mentira jamais à une actrice/un acteur, notamment en terme de promesses de célébrité, en terme de concurrence, en terme de soi-disant exclusivité, en terme de stratégie, en terme diffamatoire.

Spécifiera à l’actrice si elle peut venir avec quelqu’un ou non, et si oui, s’il/elle pourra assister au tournage de la scène ou pas.

Ne jugera pas une actrice qui refuse les termes de la négociation, aboutissant à un non accord entre les deux parties. L’employeur a le droit de refuser une demande d’actrice, donc l’actrice a le droit de refuser une demande d’employeur. C’est à l’un et l’autre de convaincre aimablement l’autre partie. De ce fait, ne sera pas grossier, condescendant, ou dépréciateur envers les actrices et acteurs, directement ou indirectement.

 

Enfin, la réputation de l’employeur dépendant de la bonne image que véhiculera de lui les spectateurs et aussi les actrices ayant collaboré avec lui, il leur est recommandé :

– de sélectionner avec soin les partenaires de scènes – la meilleure pratique étant de s’assurer qu’ils conviennent à l’actrice en fonction de ses critères, pouvant être très divers.- de fignoler le montage du film. De choisir des angles de prises de vue mettant en valeur les interprètes et d’en gommer autant que possible les imperfections physiques (effacement des boutons et lissage de la peau, coupure des séquences les plus laides, notamment des moments accidentels qui ne mettent pas en valeur l’actrice et pouvant subvenir lors d’une pénétration).

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Certains contenus de ce blog sont de nature pornographique. Vous devez donc être majeur pour le consulter.